Désignations professionnelles

La Société des techniciens et des technologues agréés du génie du Nouveau-Brunswick (SttagN-B) a vu le jour lors d’une rencontre tenue à Saint John.  Un petit groupe de techniciens et de technologues se sont fixés pour objectif de faire reconnaître le rôle du technicien et du technologue du génie agréé dans le milieu de travail et d’aider les établissements d’enseignement postsecondaire à produire des diplômés de qualité supérieure pouvant faire carrière dans les secteurs du génie et des sciences appliquées.

La Société a reçu ses lettres patentes le 12 janvier 1968. Le 18 juin 1986, l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a sanctionné la Loi sur les techniques du génie qui lui confère la reconnaissance juridique et le pouvoir d’accréditer la formation, d’agréer les techniciens et technologues, de protéger les titres professionnels et de discipliner les membres.  La Loi sur les techniques du génie est considérée par plusieurs comme une référence nationale en textes de loi pour les techniciens et technologues; elle procure un nouveau statut amélioré rattaché à la profession des techniques du génie.  La SttagN-B est membre du Conseil canadien des techniciens et technologues et participe au Bureau canadien d’agrément de la technologie (BCAT).  Les comités d’agrément et de révision d’agrément de la Société exercent leurs fonctions selon les normes adoptées à l’unanimité par toutes les associations du pays membres du CCTT et soutiennent le Transfer Endorsement Agreement (accord de transférabilité des titres), ce qui permet la mobilité des membres agréés dans toutes les régions du pays.

Les personnes extérieures au domaine du génie et des sciences appliquées et même certaines personnes travaillant dans ces domaines, ne connaissent pas toujours la distinction entre un technicien et un technologue.  En soi, ce ne sont pas deux titres mais tout simplement des expressions, sur lesquelles personne n’a de droit d’auteur.  De plus en plus, un grand nombre d’autres professions s’approprient le titre de technicien, comme technicien en comptabilité, technicien d’inspection ou technicien des freins.

Il y a cependant une nette distinction entre ces appellations et les désignations de technicien agréé, de technologue agréé ou de technologue professionnel, surtout étant donné que ces deux appellations font référence à la SttagN-B en vertu de la Loi sur les techniques du génie; et à la communauté du génie et des sciences appliquées.  Les titres de technologue professionnel (PTech), de technicien agréé (CTech), de technicien agréé du génie (CET), de technologue agréé du génie (CET) et de technologue des sciences appliquées (AScT) sont des désignations professionnelles officielles protégées par le droit d’auteur par le Conseil canadien des techniciens et technologues (CCTT).  Ils sont attribués et ne peuvent être utilisés que par les membres des sociétés membres du CCTT, comme la SttagN-B.

Les employeurs ont naturellement le droit de donner à leurs employés le titre qu’ils souhaitent leur donner.  Certains appellent techniciens tous ceux qui occupent un poste soi-disant « technique », alors que d’autres n’hésitent pas à utiliser les deux appellations de technicien et de technologue. De nombreux employeurs ont décidé d’utiliser les deux appellations selon les lignes directrices du système d’agrément de la SttagN-B, une décision que la Société appuie fortement, vu qu’elle implique de façon directe la reconnaissance des aptitudes personnelles des intéressés.

Comment la SttagN-B fait elle la distinction entre un technicien et un technologue?  Pourquoi certains candidats reçoivent ils le statut de technicien et d’autres celui de technologue?  La STAAGNB a dressé les profils suivants afin de répondre aux questions les plus souvent posées. Il importe de se rappeler, en ce qui a trait à l’agrément attribué par la SttagN-B, dans toute catégorie, que la scolarité et l’expérience pertinentes sont deux exigences communes à toutes les catégories. Une combinaison acceptable de ces deux éléments est essentielle – autrement dit, une vaste expérience ne suffit pas pour obtenir l’agrément.  La scolarité (de préférence dans un collège communautaire offrant un programme accrédité de génie et de sciences appliquées) justifiée par un diplôme, un certificat ou une preuve d’équivalence, est une condition absolument essentielle.  De plus, la différence entre un technicien et un technologue réside dans la scolarité et le type d’expérience de travail, comme il est précisé plus loin dans les profils.  Il est particulièrement important que les jeunes femmes sachent qu’elles sont parfaitement habilitées à entreprendre une carrière dans un domaine du génie et des sciences appliquées et qu’elles en ont le droit.  Le domaine technique offre de nouveaux défis et exige des travailleurs de s’armer de nouvelles compétences.  Sans les compétences et les connaissances nécessaires, les femmes ne seront pas en mesure de tirer profit des perspectives d’emploi nouvelles et bien rémunérées partout.

Les catégories de membre de la SttagN-B sont les suivantes : technologue diplômé stagiaire (TGIT); membre inscrit et membre agréé.  Le technologue diplômé stagiaire (TGIT) a acquis la formation préalable à l’obtention de l’agrément, mais n’a pas acquis vingt quatre mois d’expérience de travail pertinente.  Le membre inscrit est actif dans un secteur du génie ou des sciences appliquées, mais il ne possède pas tous les crédits de formation exigés pour l’agrément.